Les folles du cul se rebiffent [Léon]

857453-_mg_7696-2.jpg

Je vais sans doute m’attirer les foudres des féministes de choc mais je ne suis plus à ça près! On assiste depuis un mois environ à une gigantesque campagne « contre les agressions sexuelles ». Sur le principe bien sur ce genre de crime doit être sévèrement puni, quand il est clairement établi que ce n’est pas la « victime » qui a provoqué sinon agressé le « coupable »!

On apprend donc dans les media que tel réalisateur, telle racaille politicarde, tel directeur de société, etc etc, s’est rendu coupable d’ « agression sexuelle » sur des candidats, collègues, employés. Mais on oublie trop facilement que, en particulier dans les milieux racaillesques tels le show-biz et la politique, les candidat(e)s sont souvent prêt(e)s à tout pour se faire une place!

Sans vouloir trop me dévoiler (!), il m’est arrivé à plusieurs reprises dans le cadre de mes occupations professionnelles de me trouver face à de ravissantes jeunes filles toutes prêtes à se faire culbuter sur le bureau pour être retenues! Là, tout de suite! Et ce n’est pas seulement mon charme naturel qui en est responsable! Hélas…

Aujourd’hui donc, après avoir donné leur cul pour obtenir une place, certaines voudraient en retirer du fric! C’est en fait le principe de la prostitution… Les merdia bien entendu se régalent, sans toutefois dépasser les limites: Par exemple on ne les entend pas se déclarer choqués par les exploits sexuels de cohn-bendit et autres notables pédophiles. Faut pas pousser quand même, Polanski sera toujours innocent! Mais tout est bon pour donner la parole à qui se prétend « victime », sans trop chercher… Et j’attends avec impatience qu’une actrice « X » attaque un réalisateur de films de cul en lui reprochant de l’avoir agressé sexuellement! Rien n’est plus impossible!

Il est clair que les mouvements « féministes » bien-pensants ne savent pas trop quoi faire pour se rendre intéressants… Il est d’ailleurs facile de comprendre en voyant les dégaines et tronches des militantes de ces mouvements, qu’elles agissent plus par jalousie que par souci de pseudo-justice, bon nombre d’entre elles n’ayant hélas jamais eu leur chance dans la « promotion canapé », les DSK prêts à sauter sur les boudins sont tout de même rares! Mais leur combat a toujours des résultats respectables dans ce combat mondial: Par exemple on apprend qu’après avoir obtenu le droit de conduire, les femmes en en Arabie Saoudite vont être autorisées à assister à des évênements sportifs! Un immense progrès!

Léon

34+

65 Commentaires

  1. les femmes des chameliers vont pouvoir conduire revêtues de leur sac poubelle (bonjour la photo sur le permis de conduire!) mais c’ est pas encore demain qu’ elles iront allah plage à oilpé ! déplorable .. sauf qu’ à voir les grognasses occidentales je fini par me demander si Momo n’ a pas raison de torgnoler sa Zoubida ! plus sérieusement , nos connasses de bobottes se plaignent-elles du harcèlement bien réel à la Chapelle par nos chers babouins ? non ! ce serait du racisme . Dans toute cette affaire montée par les pétroleuses du féminisme enragé , il s’ agit une fois de plus d’ attaquer le mâle blanc hétéro « pater familias » . Une minorité d’ hystéro-gauchistes plus ou moins gougnottes et souvent imbaisables (sauf par les enculeurs de chèvres) qui s’ agitent à la télé .

    12+
  2. Léon,j’ai bien ri en vous lisant et c’est vrai que les gens sont aveugles ou ne veulent pas voir car quand on voit simplement les campagnes électorales,il y a de » l’amour » dans l’air avec l’ambiance en entreprise et celles des plateaux de TV.Bonne journée

    0
  3. Cher Léon,

    ces indignations guidées de haut sont d’une hypocrisie à chier !

    Les nanas qui jouent les effarouchées ne trompent personne, elles ne cherchent que de l’argent. Ce truc-là est une nouvelle forme de prostitution, activité déjà la plus polymorphe du monde et qui gagne rapidement toutes les couches de la société.

    Ce Winsdstein appartient à une catégorie d’affairistes que je vomis de toutes mes tripes, mais la façon dont il a été traîné dans la boue en un temps record, par des manipulateurs cent fois plus diaboliques que lui, me le rendrait presque sympathique. Rien, absolument rien, ne prouve que cet homme-là, dans sa vérité sans fard, n’est pas tout simplement qu’un pauvre homme qui a du mal à bander et qui, sans argent, (et même avec argent, dans le cas d’une fille modeste mais fière) se ferait éconduire par une simple fille de salle !

    En matière de sexe, tout le monde ment. La réalité du sexe c’est que lorsqu’on en écarte toutes les constructions sociales et intellectuelles bâties autour, et que des personnes se retrouvent devant la réalité organique débarrassée de tous les maquillages et de toutes les illusions chatoyantes qui l’enferment comme une succession de pelures d’oignon, eh bien elles se retrouvent devant le grand océan de la misère humaine.

    Cela a été dit et redit depuis bien longtemps, les bordels ne sont que des maisons d’illusion. Enlevez ses robes et dessous à la prostituée, purgez-la des alcools ou drogues qu’elle a absorbés comme des philtres d’oubli, ôtez lui ses bijoux et fanfreluches quelle a gardés sur sa nudité, faites-la attendre une grosse demi-heure, et vous n’avez plus devant vous qu’une pauvre femme avec tous ses petits soucis organiques terre-à-terre si bien décrits par Montherlant (dans ses  »jeunes filles en fleur »), qui va avoir bientôt envie de pisser. Et vous aussi, hélas !

    Alors bien sûr il existe toujours des personnes au tempérament hors norme, mais cela aussi est fragile et part en fumée au premier rappel de la vraie nature !

    Les soi-disant exploits sexuels relatés ici et là, et qui font saliver des millions de dupes, quand on va les voir de près, après avoir traversé toutes les étapes intermédiaires qui n’en finissent pas, sont très exactement comme les exploits des deux militaires dans leur permission décrits génialement dans  »le train de 8 h 47 » de Courteline, une oeuvre impérissable injustement oubliée du grand public. Ces exploits n’existent que dans la tête des pauvre troufions qui se montrent les uns aux autres, de loin, les deux militaires punis par la hiérarchie pour leur escapade mémorable, quand ils se passent les uns aux autres, à voix basse :  »Ils sont consignés un mois, mais il paraît qu’ils sont fait une de ces bamboulas ! » (en fait de bamboula, je renvoie les lecteurs qui ne le connaissent pas à la lecture de ce livre cruel).

    On ne changera jamais rien à la sagesse des éternels proverbes qui résument à eux seuls toute la condition humaine :

     »Grand diseux, petit faiseux  »

     »Les gens heureux n’ont pas d’histoire »

     »Pour vivre heureux, vivons cachés »

     » Ce qui s’achète avec de l’argent n’est pas cher »
    ………………….

    Pourtant, le vrai bonheur existe, le vrai érotisme existe aussi ; on les trouve dépeints, avec émotion et pudeur, par exemple :

    1) Dans  »les sabots d’Hélène » de Georges Brassens

    2) Dans  »la jolie sardane » de Charles Trenet :

    (……)

    Ce soir combien d’amourettes
    Vont éclore dans les coeurs de vingt ans
    Combien vont perdre la tête
    Pour trois sardanes du pays catalan …..

    (N.B. je précise que ce pays catalan de Trenet est le Roussillon, qui n’a rien à voir avec les gauchistes actuels de la catalogne espagnole pourrie par la prostitution, le tourisme et l’immigration crade)

    3+
  4.  » Mesdames, vous êtes, serez ou fûtes, par fait ou volonté putes »
    François Villon (15è siècle)
    Mesdames, je rentre juste dans le vif du sujet; point n’est mon but de vous tirer dans des turpitudes graveleuses; à la Toussaint nous évoquons les joyeuses que l’oeil chicotte sous le tocsin.

    0
    • Désolé cher Merlin, mais e fais partie de ceux qui ne se prosternent pas devant la  »poésie  »de Villon.

      Villon a besoin de tout salir, pour la même raison que le renard de la fable conseille à l’ensemble des renards de se couper la queue.

      Quand on épluche en effet le parcoure de Villon, on est obligé de conclure que ses écrits ne suffisent pas, et de loin, à excuser ses comportements.

      Pour autant, je ne suis pas le sévère juge que vous pourriez croire. Par exemple, ce que je viens d’écrire de Villon, je ne l’écrirais pas de Verlaine. Pour deux raisons :

      1) Parce que Verlaine a porté la poésie française à des sommets inaccessibles au triste Villon.

      2) Parce que Verlaine avait conscience de sa misère morale et en souffrait, il a d’ailleurs bien décrit cette souffrance dans ses écrits. Il ne glorifiait pas ses excès, même s’il s’est défoulé sans complexe, par exemples, dans ses poèmes plus ou moins interdits même encore aujourd’hui. Entre se défouler librement et glorifier comme l’a fait Villon, il y a tout un océan moral.

      Par exemple, ce besoin de salir toutes les femmes est insupportable. Quiconque a suffisamment vécu sur cette terre pet l’attester, l’assertion  »toutes les femmes sont des putes » est archifausse. Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver des filles qui pour aucune fortune au monde, n’accepteraient de coucher avec quelqu’un qui ne leur plait pas, c’est-à-dire qui les révulse. D’ailleurs les pauvre hommes qui paient couramment des femmes le font précisément parce qu’ils n peuvent avoir que des femems qui acceptent la relation contre de l’argent; Les autres, ils peuvent toujours courir.

      C’est tellement vrai qu’une vieille chanson française a été composée pour décrire ce malheur :

       »La goualante du pauvre Jean »

      divinement chantée, en son temps, par la pauvre Edith Piaf.

      2+
      • La goualante du pauvre jean : (repris d’une vieille chanson française)

        Esgourdez rien qu’un instant
        La goualante du pauvre Jean
        Que les femmes n’aimaient pas
        Mais n’oubliez pas
        Dans la vie y a qu’une morale
        Qu’on soit riche ou sans un sou
        Sans amour on n’est rien du tout
        (On n’est rien du tout)

        Il vivait au jour le jour
        Dans la soie et le velours
        Il piaussait dans de beaux draps
        Mais n’oubliez pas
        Dans la vie on est peau de balle
        Quand notre coeur est au clou
        Sans amour on n’est rien du tout
        (On n’est rien du tout)

        Il bectait chez les barons
        Il guinchait dans les salons
        Et lichait tous les tafias
        Mais n’oubliez pas
        Rien ne vaut une belle fille
        Qui partage notre ragoût
        Sans amour on n’est rien du tout
        (On n’est rien du tout)

        Pour gagner des picaillons
        Il fut un méchant larron
        On le saluait bien bas
        Mais n’oubliez pas
        Un jour on fait la pirouette
        Et derrière les verrous
        Sans amour on n’est rien du tout
        (On n’est rien du tout)

        Ésgourdez bien jeunes gens
        Profitez de vos vingt ans
        On ne les a qu’une fois
        Et n’oubliez pas
        Plutôt qu’une cordelette
        Mieux vaut une femme à son cou
        Sans amour on n’est rien du tout
        (On n’est rien du tout)

        Et voilà mes brave gens
        La goualante du pauvre Jean
        Qui vous dit en vous quittant
        Aimez-vous…

        Mon commentaire final : quel vrai homme ne s’est jamais fait éconduire ?

        Dans ce cas, quelle proportion de ces hommes poursuivent-ils leur tentative en proposant de l’argent ?

        Ill faut déjà avoir une certaine idée des femmes pour en arriver là. Mais il y a des hommes qui, éconduits, se le tiennent pour dit et retrouvent eux aussi leur fierté. Finalement, tout est une question de fierté. Le fierté ne s’achète pas.

        3+
      • Pas plus que vous cher TERMINOTAURE, je ne me prosterne devant Villon; du reste, je ne le fais devant personne…Ce poète maudit, contrairement à ce que vous écrivez, n’a pas toujours tout sali. J’en veux pour preuve « La Ballade des pendus » tirée de ses poèmes divers ou encore  » Ballade des Dames du temps jadis  » tirée du recueil « Le Testament « , etc, etc.
        Certes, il ne fut pas dénommé « le poète maudit » sans justification! Homme des bas-fonds, bagarreur à souhait, voire même tueur, on ne peut dire de lui que ce fut un homme fréquentable!
        Des femmes, il a très souvent, trop souvent sali les comportements, certes; mais je lui reconnais de l’avoir fait avec beaucoup de talent; même si le talent peut-être utilisé à des fins souvent malsaines.
        N’oublions pas non plus à quel siècle il vécut, siècle des crûs pourfendeurs en tous genres.
        Quant à Verlaine, poète que j’apprécie grandement, il écrivit d’une plume légère mais mordante, plume qui n’a pas de point commun avec celle de Villon.
        Là, on passe du souvent nauséeux au langage fleuri au parfum qui ne sent pas la m…e!
        Deux époques différentes…

        0
        • Cher Merlin, vous savez bien que nous nous entendrons toujours, même s’il faut parfois des mises au point. Vous connaissez aussi bien et sans dote mieux que moi les trésors de la poésie française. C’est déjà un point commun pas tellement vulgaire.

          Mes amitiés

          0
          • Cher TERMINOTAURE, les mises au point sont très souvent indispensables car même lorsque l’on a une bonne connaissance de la sémantique, donc essayer vaille que vaille d’employer le mot juste, on a tous aussi des sensibilités et des perceptions différentes des mots bien que l’on en connaisse la ou les définitions.
            Point n’est ici un but de comparaison entre vous et moi sur nos respectives connaissances des trésors de la poésie française; laissons cela aux prétentieux à l’ego démeusuré!
            La culture, si elle peut aider à l’intellignece de la vie, ne fait en aucun cas démonstration de ladite intelligence.
            Elle permet, certes, d’une belle façon de pouvoir étayer ses propos comme le charpentier étaye les solives. Mais jamais elle ne remplacera ce que nous sommes profondément dans nos vérités tant génétiques qu’environnementales.
            Dans une entente sans vulgarité, je vous fais mes amitiés de patriotes

            0
        • Cette blague est usée, elle se décline souvent sur les modes uraniste et lesbien.

          Si toutes les femmes étaient des prostituées potentielles achetables pourvu qu’on y mette le prix, Grieg n’aurait jamais composé sa chanson de Solveig (faites-moi la charité d’en écouter cette version sublime) :

          https://www.youtube.com/watch?v=_R2XG9CnOj8

          et Wagner n’aurait jamais composé  »Tristan et Iseut »

          2+
          • ça c’ est ce que disait un ami qui avait l’ expérience de la « chose » … sans généraliser , mais étant jeune j’ ai vu des trucs hilarants avec un ami plutôt « fleur bleue » , en fait bien poli et propre sur lui , qui offrait des fleurs aux donzelles , les invitait au restau , mettait les petits plats dans les grands (en ancien français) et se faisait souffler la mijaurée par un malandrin aux manières de soudard qui la culbutait à l’ arrière de sa Simca Aronde ! ce qui prouve que ça ne prouve rien … La poésie c’ est aussi « la grosse bite à Dudule » , en corps de Garde of course my dear 😉

            1+
            • J’ai personnellement vécu ce genre d’expériences et cela est très dur à avaler quand on est un jeunot…Aujourd’hui, celle qui pensera pouvoir profiter de ma pomme car pris pour un bénêt, en sera pour ses frais! Attention, je ne mets pas toutes les femmes dans le même panier; je dis simplement que lorsqu’un homme est trop gentil, trop prévenant avec laz femme qu’il aime, il se fait jeter, quand il n’est pas cocufié par un lascar qui profite de l’occasion!
              Je l’ai aussi vécu et je n’ai pas honte de le dire!
              Du reste, ce serait vraiment très sensé si R.L venait à lancer un sondage sur le sujet en dispachant les femmes des hommes!
              Si je suis le seul sur ce site à avoir pris des vestes monumentales, tout en étant poli et prévenant, et en ne levant jamais la main ni en n’insultant; alors il ne me reste plus qu’à demander conseils auprès de Brigitte Lahaie!
              J’ai pas mal de connaissances féminines dans mon entourage et elles tiennent à peu près toutes le même langage;  » J’aime qu’un homme soit viril, qu’il sache commander quand j’en ai besoin… »

              1+
              • « Si je suis le seul sur ce site à avoir pris des vestes monumentales, tout en étant poli et prévenant, et en ne levant jamais la main ni en n’insultant; alors il ne me reste plus qu’à demander conseils auprès de Brigitte Lahaie! »

                Vous n’êtes surement pas le seul. cordialement.

                1+
                • on a tous pris des méga râteaux avec des filles pour lesquelles ont a mis des gants blancs .. quand le dernier butor venu avec ses gants de boxe a emporté la donzelle . C’ est la vie qui apprend à vivre . Excellent pour tanner le cuir ! après ça on prend de l’ assurance 😉

                  1+
                • C’est certain!Et comme l’exprime EQUALIZER ça tanne le cuir et ça nous donne de l’assurance!
                  Celui qui peut affirmer comprendre comment fonctionne une donzelle est un surhomme!
                  « Quand on veut les trousser, on est un phallocrate, quand on ne le veut pas, un émule de Socrate. Reste d’aller s’faire enculer! »…Bien dit Monsieur Brassens!

                  0
            • Bof, Brassens a déjà dit ça pour dénoncer les filles de rien, en termes décapants, dans sa chanson  »Marinette ».

              Mais il était moins revenu de tout que vous, puisque c’est aussi lui qui a écrit :

               »les sabots d’Hélène »

              et c’est aussi lui qui a écrit une jolie chanson qu’on n’entend pas très souvent, pour d’énoncer les coqs de village que vous évoquez, dont voici le refrain :

               »S’il n’entend le coeur qui bat
              le corps non plus ne chante pas »

              0
              • La chanson en questionna été censurée de même que quelques autres.(en particulier, des chansons jugées homophobes). Voici celle qui l’a remplacée, qui est plus politiquement correcte (dans la vraie, que je retrouverai tôt ou tard, il y a des passages mortels pour les don Juan au petit pied, réprouvés par le sexuellement correct d’aujourd’hui)).

                QUATRE VINGT QUINZE FOIS SUR CENT

                La femme qui possède tout en elle
                Pour donner le goût des fêtes charnelles,
                La femme qui suscite en nous tant de passion brutale,
                La femme est avant tout sentimentale .
                Main dans la main les longues promenades,
                Les fleurs, les billets doux, les sèrènades,
                Les crimes, les foli’s que pour ses beaux yeux l’on commet,
                La transportent, mais…

                Refrain

                Quatre-vingt-quinze fois sur cent,
                La femme s’emmerde en baisant .
                Qu’elle le taise ou le confesse
                C’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses .
                Les pauvres bougres convaincus
                Du contraire sont des cocus.
                A l’heure de l’oeuvre de chair
                Elle est souvent triste, peuchèr !
                S’il n’entend le coeur qui bat,
                Le corps non plus ne bronche pas .

                Sauf quand elle aime un homme avec tendresse,
                Toujours sensible alors à ses caresses,
                Toujour bien disposé’, toujours encline à s’émouvoir,
                Ell’ s’emmerd’ sans s’en apercevoir .
                Ou quand elle a des besoins tyranniques,
                Qu’elle souffre de nymphmani’ chronique,
                C’est ell’ qui fait alors passer à ses adorateurs
                De fichus quart d’heure .

                Les « encore », les « c’est bon », les « continue »
                Qu’ell’ cri’ pour simuler qu’ell’ monte aux nues,
                C’est pure charité, les soupir des anges ne sont
                En général que de pieux menson(ges) .
                C’est à seule fin que son partenaire
                Se croie un amant extraordinaire,
                Que le coq imbécile et prétentieux perché dessus
                Ne soit pas déçu .

                J’entends aller de bon train les commentaires
                De ceux qui font des châteaux à Cythère :
                « C’est parce que tu n’es qu’un malhabile, un maladroit,
                Qu’elle conserve toujours son sang-froid . »
                Peut-être, mais les assauts vous pèsent
                De ces petits m’as-tu-vu-quand-je-baise,
                Mesdam’s, en vous laissant manger le plaisir sur le dos,
                Chantez in petto :

                Refrain

                Quatre-vingt-quinze fois sur cent,
                La femme s’emmerde en baisant .
                Qu’elle le taise ou le confesse
                C’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses .
                Les pauvres bougres convaincus
                Du contraire sont des cocus .
                A l’heure de l’oeuvre de chair
                Elle est souvent triste, peuchèr !
                S’il n’entend le coeur qui bat,
                Le corps non plus ne bronche pas .

                1+
                • AH! Ce Georges Brassens, je l’adore tout comme le grand Jacques Brel et la Môme Piaf! Que de talents extraordinaires!
                  Les seules choses dont je ne sois pas revenues sont celles du patriotisme, de la parole donnée jusqu’au bout, de la compassion pour le juste, de l’amour pour les animaux et Dame Nature!
                  Je ne rejette pas la femme, je ne suis pas contre les femmes; je dirais même comme le fit un certain Sacha Guitry:  » Je ne suis pas contre les femmes, je suis tout contre »…Mais là, je plaisante…Non mysogine par nature, je fais comme les chats échaudés qui craignent l’eau froide…à l’image de Brassens et de Brel…Ce qui est vrai!

                  0
              • Mais au fond , ce n’était aps plus mal . Il aurait été malheureux avec ce genre de pétasse …Beau cul , mais de cervelle point …

                0
        • Même quand elles roulent en Porsche et dînent chez Maxim’s, les prostituées sont d’éternelles dupes, car ce qu’elles donnent vaut infiniment plus que les bouts de papier qu’elles reçoivent en échange.

          Et pire ! ce qu’elles donnent cesse d’exister à partir du moment où elles l’ont stupidement donné.
          L’instant crucial où elles entrent à jamais dans l’engrenage est irréversible et non renouvelable. Leur vie entière se résume par  »avant ; et après ». Elles sont donc dans l’exacte situation de Bardamu à la fin du monumental chapitre 1 du  »Voyage au bout de la nuit » : le défilé des troupes fut une inoubliable fête dans Paris tout l’après-midi, avec confettis partout, lampions aux fenêtres, foules en liesse, admiratives des beaux uniformes, et fleurs aux fusils ….et puis, le soir tombe, la nuit lui succède à grandes enjambées…les lampions aux fenêtres s’éteignent, la foule est partie, plus personne aux balcons, tous les immeubles claquemurés de bas en haut……et le défilé qui continue, inexorable, dans un silence de mort…..

          Et dans la tête de Bardamu :

           »On était faits. Comme des rats.  »

          0
  5. Etant une femme, cette campagne m’exaspère…lorsque j’ai affaire à un pourceau, je lui colle une mandale et point (d’expérience, c’est radical…). Il est affligeant de constater que, bien souvent,celles qui poussent les plus grands cris d’orfraie aujourd’hui sont celles qui ont passé les dernières décennies à encourager et promouvoir les comportements féminins les plus médiocres, les plus dégradants et les plus excrémentiels…alors, les fausses vierges effarouchées, ça suffit!…Par ailleurs, s’agissant des vrais comportements masculins insultants, je remarque qu’aucune de ces dames ne fait de lien entre une certaine population et certains comportements masculins…: dans quels quartiers les femmes ne peuvent-elles plus sortir?…quels individus interdisent aux femmes la fréquentation des cafés?…dites un peu, pour voir, les féministes?…Eh bien, TOUTES les fois où je me suis fait traiter de ‘tepu’ à Paris (pour la seule raison que je marchais seules sur un trottoir, en jupe), c’était pas par un Gaulois…

    18+
    • Oui! Vous avez le droit et le devoir de coller une mandale à un pourceau, et comme le hasard fait drôlement les choses, nous constatons, là encore, les bienfaits de l’enrichissement interlope!
      C’est une grande chance pour la France! Si j’étais une femme, je ne sortirais pas toute seule dans une de ces grandes villes, à moins d’être enfouraillée…La malchance commence par nos chances…

      2+
    • C’est kes-ce que j’ai dit au grand Duduche ! Mais toutes les greluses de ma connaissance sont bien d’accord ! Personne n’est dupe de l’opération de castration psychologique à l’encontre des blancs, et le grand silence perpétué perpétuel vis à vis des babouins violeurs de nubiles ! Déconne Ben dite peu continuer à promouvoir la pédophilie avec les oreilles attentives de Jack Lang !

      1+
  6. Il y a 25 ans de cela, on m’avait déjà éclairé de la situation des ricains encravatés de l’autre coté de l’atlantique :
    On ne monte pas dans une cabine d’ascenseur avec une femme seule (si l’on est un homme, of course; les lesbos étant des victimes, elles ne violent ni ne harcèlent). Sinon, risque de plainte pour harcèlement.

    En attendant, les seuls harcèlements sexuels que j’ai eu à voir, sont ceux subits depuis mon adolescence jusqu’à mes 25 ans par différentes salopes, en famille ou au boulot, de toute façon rien les arrête ces refoulées.
    Dans cette affaire, le but une fois encore, est de détruire par la dénonciation. Mais personne n’imagine qu’une éducation, des meurs, des pratiques sociales et culturelles qui encadreraient les excès (donc la perversité) des salopards en tout genre serait éventuellement une solution employée depuis des millénaires avec succès. Où sont les tenants de la « liberté » sexuelle, pour défendre le droit à l’expression de son désir charnel, si tellement contraint par la morale publique ?

    J’ai trois filles, concernant les hommes, voici ce que leur dit :
    30% d’entre eux sont des cogneurs, si un seul commence à lever la main, foutez le camps tout de suite.
    Pour les filles c’est plus simple, le tout est de trouver la perle. Bon courage.

    5+
  7. Et bien moi je défense les femmes qui n’hésitent plus à se cacher de honte pour avoir été violé bravo
    de la a dire que toutes les femmes sont des putes dans la bouche de certains patriotes à une tendance à m’énerver
    Si il y a des femmes au QI de poule et qui ont une libido debordante bien à elle

    Ce qui m’intéresse c’est le dit  » mousoulman modere  »
    mouloud ramadam modere pour les pourritiques de notre pays
    qui brossent le poil du mouloud dans le bon sens pensant que c’est la solution de faire ami ami avec ali
    Et ces traîtres s’engouffrent dans la brèche
    y a t il des mouloud modere ?( rires )
    tarek mouloud est un exemple marié père d’enfants pseudo intellectuel vivant au crochet de celui qui l’ecoute comme un renard du désert
    VIOLEUR ? ( RIRES) viol avec violence et non pas une fois mais deux fois trois fois et à savoir si ce n’est plus
    De plus menace sur les enfants de la violée donc un genre de merat prêt à tué des enfants
    Sa défense LE COMPLOT SIONISTE ISLAMOPHOBE
    Il se pose en victime
    Quelle honte ce tas de merde
    Un mouloud est un mouloud avec sa fausse intégration
    Heureux de le voir bientôt au tribunal
    J’attend cela depuis longtemps
    J’espère que la justice ne va pas le rater
    J’espère
    Bien a vous

    8+
  8. Bravo Léon pour cet article rondement mené!
     » La Comédie Humaine  » a toujours existé; aujourd’hui, elle atteint un grand sommet.
    Il en est des hommes comme des femmes, des êtres avec leurs qualités et leurs défauts! Du reste, aujourd’hui, nous pous prostituons tous et si ce n’est par le cul, ça l’est par l’obéissance, la lâcheté ou le courage assassiné.
    Pour ma part je m’élougne depuis toujours des mijaurées aux QI démontrés de femelles attardées.
    Je respecte réellemnt les péripatétitiennes volontaires qui font « boutique leurs culs » (expression africaine). Elles ne se vendent pas à un quelconque « chéri »; elles permmettent à ceux qui ne savent ou (ni) ne peuvent connaître les joies de l’amour, de pouvoir donner un peu de tendresse.
    Savez-vous que la plupart des hommes qui vont au bordel en Espagne sont mariés? Pourquoi y vont-ils? Pour un peu de tendresse…
    https://www.youtube.com/watch?v=bra745ytdnY
    Les femmes n’ont pas notre faiblesse, que l’on soit lambda ou guerrier!

    1+
    • C’est pas interdit d’aimer sa femme avec tendresse et de s’en faire aimer de même . Il suffit de la respecter et d’être à son écoute . Contrairement à ce que professe l’islam , l’épouse ne vous « appartient » pas . St Paul disait : « soyez soumis les uns aux autres! » …Un truc que les machos de tous bords ne peuvent pas comprendre …

      2+
  9. Le racisme commençant à fatiguer, il ont trouvé le harcèlement comme vecteur……

    Les salopes qui manifestent sont souvent les mêmes qui vont en vacances en Tunisie, Maroc ou Sénégal…; et là rien ne les rebutent même si les mâles en rut les interpellent de manière primaire en les traitant de « gazelles »…..
    Il y en a qui se ramènent un zarahoui (mais plus souvent une bonne blenno….) afin qu’il obtienne des papiers et les aides qui vont avec.

    5+
  10. balance ton porc ? et pourquoi le « porc » ? pas hallal ou kascher le phacochère ?
    et pourquoi pas balance ton bique ou ton moricaud ? On sait bien que les blancs ont leur lot de tarés , Okay ! mais on sent bien que toute cette mayonnaise est montée pour fustiger les blancos ! et seulement eux ! regardez les agressions aux US , 36.000 femmes blanches violées par des blaqueux , 10 femmes noires par des blancs . Et les noirs ne sont que 12% de la population des US … c’ est pas du « racisme » ça ? le viol est aussi une « arme de guerre » un élément du terrorisme racial . Et nous sommes en guerre , en fait pas nous , mais les races sombres (et leurs complices) contre les blancs .

    13+
    • J’avais omis de sortir une de mes conneries habituelles et je m’en suis souvenu en souhaitant la fête à Léon.
      La voici donc:
      Vos preuves, cher EQUALIZER sont irrecevables car émanant à l’évidence d’une mauvaise foi, frisant le faux témoignage!
      Ce n’est pas du racisme car cela prouve dans les faits incontestables que les blacks bandent plus que les blancs!
      Et ne faut-il pas deux noir(es) pour une blanche?
      LOL! Et re LOL!

      0
  11. Léon, tout d’abord bonjour!
    Si chez vous les folles du cul se rebiffenr, ne les laissez pas vous faire votre fête surtout en ce jour de la Saint Léon!
    Fête que je vous souhaite bien arrosée!

    0
  12. Poire blette !
    Trop top ces discussions d’intellos !
    Ben moi, je n’ai retenu qu’un truc, de l’autre gauchiste aragoniais dans Le Fou d’Elsa: « L’avenir de l’homme est la femme ».
    Et c’est bien vrai…. même qu’il y a des mecs qui finissent plumés jusqu’au croupion, parleur charmantes femelles. Mais il est vrai qu’il y en a d’autres, peut-être moins nombreux, qui sont assez malins pour profiter de la situation et se composer un vie peinarde. pourvu qu’ils ne cherchent pas trop à creuser la vie de leur femme…

    1+

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.